Les pratiques médicales chinoises en Europe

Analyse interdisciplinaire du processus d’apparition en France, Suisse et Italie

EHESS  -  190-198, avenue de France salle Elisabeth Allès (salle 681)  -  75013 Paris

Les pratiques médicales chinoises en Europe. Analyse interdisciplinaire du processus d’apparition en France, Suisse et Italie

Intervenants : Lucia Candelise, Gilles Remillet, Matthias Sohr

Le processus de globalisation ou de mondialisation dans différents contextes nationaux insère les médecines chinoises dans la nébuleuse des médecines dites non conventionnelles. Si les médecines venant de Chine telles qu’elles sont pratiquées dans différents pays dérivent toujours d’une pensée liée à la civilisation chinoise et à un savoir médical se référant à des principes communs (la circulation du qi, les principes des cinq mouvements, du yin et du yang, etc.), elles varient fortement entre elles, dans la façon dont elles sont pratiquées, interprétées, intégrées avec d’autres techniques et savoirs médicaux. Leur diversité tient autant du statut des praticiens que des contextes de pratiques (milieu public ou cabinet privé) ou de la relation qu’elles entretiennent avec d’autres médecines.

Le projet de recherche, dont nous présenterons lors de ce séminaire les traits généraux et les premiers résultats, s’intéresse aux formes de pratiques de soin reliées à ce que les praticiens mêmes appellent « médecine chinoise » et qui s’intègrent et se confrontent dans le paysage médical conventionnel.

Pour ce projet il nous importera de montrer comment les pratiques médicales chinoises définissent leurs domaines de compétence, flexibles et susceptibles de remises en question dans le paysage médical des trois pays, la Suisse, la France et l’Italie, et de mettre en lumière les modalités de convergence, ou les divergences, avec la médecine scientifique. Le choix des trois pays est motivé par les caractéristiques spécifiques de l’apparition de la pratique des médecines chinoises et de leur évolution dans les trois contextes médicaux nationaux. La complexité des paysages médicaux, et la condition mouvante et en perpétuelle évolution de ces pratiques de soin, nous engage à développer une démarche interdisciplinaire, avec un fort accent sur l’anthropologie médicale et visuelle, ainsi que l’histoire orale.

Ainsi, nous nous efforcerons de comprendre comment ces savoirs et ces pratiques ont été et sont aujourd’hui transmis et enseignés en Suisse, en France et en Italie. Nous nous intéressons tout particulièrement aux médecins et aux thérapeutes pratiquant ces techniques de soin, pour comprendre leur choix d’intégration de différents paradigmes médicaux et la relation qu’ils conçoivent et qu’ils renouvellent dans leur travail entre la médecine conventionnelle et d’autres techniques et savoirs médicaux, dont les médecines chinoises. Nous accorderons une place ceftrala Au film comme outil d’investigation ethnographique pour la description, l’analyse et la restitution des récits de la maladie et des pratiques thérapeutiques observées en situation de soins.

 

http://mce.hypotheses.org/


Lucia CANDELISE (Anthropologie médicale et historie de la médecine)

http://www.unige.ch/etudes-genre/Equipe-1/LuciaCandelise.html

e-mail : lucia.candelise[at]unige.ch ; luccicando[at]wanadoo.fr

Elle mène depuis 2001 des recherches sur la diffusion, la réception et les tentatives d’intégration de la médecine chinoise en différents pays d’Europe en combinant une approche historique à l’enquête de terrain.

Actuellement elle est Maître Assistante à l’Université de Genève, Institut études genre, dans le cadre du projet FNS : « Circulation, transmission et adaptation des pratiques médicales chinoises en Europe. Leur réception en Suisse pour une histoire comparée avec le contexte médical français et italien » (division 1, UN 8473).

Elle est rattachée laboratoire SPHERE, UMR 7219, CNRS/Paris 7, membre (chercheuse libre) à l’Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique (IUHMSP-CHUV), Lausanne et associée au laboratoire CECMC, UMR 8173, Chine, Corée, Japon (EHESS/CNRS). Elle est aussi membre du projet ANR, EsCA (« Espaces de la culture chinoise en Afrique ») basé à la MSH-EHESS Paris, qui a ouvert son champ d’intérêt à l’Afrique.

 

Gilles REMILLET (Anthropologue-cinéaste)

e-mail : gilles.remillet[at]orange.fr

Enseignant-chercheur au Département des Arts du spectacle de l’Université Paris Ouest Nanterre La défense. Maître de conférences en Cinéma anthropologique et documentaire  depuis 2010. Il est membre de l’EA 4414 Histoire des Arts et des Représentations (H.A.R).

Depuis 1998, ses domaines de recherche portent sur le milieu industriel, les techniques matérielles et savoir-faire ouvriers, les rites et pratiques du travail quotidien en usine. Analysé sous l’angle de l’anthropologie visuelle, cet ensemble de travaux a donné lieu à ce que l’auteur nomme une Ethno-cinématographie du travail ouvrier (2006). Depuis 2006, ses travaux en anthropologie visuelle et filmique s’attachent à décrire, analyser et restituer les relations médecins/malades au sein de la consultions médicale d’acupuncture en France. Ces recherches l’ont conduit à développer une méthodologie d’enquête spécifique pour l’analyse des pratiques thérapeutiques en situation clinique. D’une manière plus large ses domaines d’études portent sur l’histoire, la théorie et la pratique du cinéma documentaire en sciences sociales.

Matthias SOHR (Histoire de la médecine)

http://www.unige.ch/etudes-genre/Equipe-1/MatthiasSohr.html

e-mail : matthias.sohr[at]unige.ch

Assistant de recherche FNS dans le projet « Circulation, transmission et adaptation des pratiques médicales chinoises en Europe. Leur réception en Suisse pour une histoire comparée avec le contexte médical français et italien » à l’Université de Genève, Institut des études genre, Matthias Sohr est également rattaché à l’Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique (IUHMSP-CHUV) à l’Université de Lausanne.

 

Date
  • le jeudi 22 mai 2014 à 14h
Contact
Url de référence

Haut de page