La Lettre de l’École des hautes études en sciences sociales, n° 13, juin 2007

Éditorial par Danièle Hervieu-Léger Présidente de l’EHESS

Les questions touchant à l’art et à la création occupent de longue date à l’École une place éminente. De longue date aussi, le spectre des recherches menées dans ce domaine s’est étendu — au-delà de l’histoire de l’art et de la sociologie des productions, des pratiques et des métiers artistiques — du côté de la sémiologie, de l’analyse des images et de la philosophie de l’art. Plus récemment, les approches de la création se sont encore renouvelées et enrichies à partir des apports des sciences de la cognition. Le dynamisme remarquable des échanges interdisciplinaires qui se sont noués dans ce domaine a conduit à faire de cette constellation thématique l’un des foyers de développement affiché dans le projet d’établissement de l’École. À cet élan, il faut ajouter la montée des intérêts de recherche pour les processus de diffusion et de circulation transnationales des biens culturels, avec les phénomènes de métissages et d’hybridations qu’ils génèrent. Dans ce mouvement, la question de la place des créateurs à l’École, et la réflexion sur les moyens d’intégrer la réflexivité qu’eux-mêmes déploient dans l’espace d’interlocution qui s’est constitué autour des questions de l’art a pris un nouveau cours parmi nous. Nous en avons pris la mesure lors de la troisième de nos Journées de rentrée, consacrée précisément à ce thème, à l’automne dernier. Certes, il ne s’agit pas, là encore, d’une interrogation entièrement nouvelle : en témoignent les élections comme directeurs d’études de plusieurs grands créateurs — écrivains et musiciens — intervenues dans le passé. Mais l’écho rencontré par certaines initiatives récentes, ponctuelles ou régulières — comme la rencontre organisée à l’automne dernier autour de Pascal Dusapin, ou encore la tenue du séminaire collectif "Something you should know : artistes et producteurs aujourd’hui" — fait apparaître que la recherche de formats d’interventions variés pour des créateurs à l’École trouve un vaste intérêt parmi nous. Elle suscite également une forte attente — comme le montre le succès rencontré tout récemment par les conférences d’Orhan Pamuk dans nos murs — par ceux qui attendent de l’École qu’elle sache créer, pour un public plus vaste que ses seuls ressortissants, chercheurs et étudiants, des occasions de mise en contact avec la culture en train de se faire. Le souci de déployer et de pérenniser les échanges, dans les deux sens, entre les créateurs et les chercheurs en sciences sociales a conduit l’École à nouer également des relations partenariales avec des institutions culturelles, en vue de réalisations communes : ainsi, le séminaire organisé par l’École dans le cadre du Festival d’Automne sur "les lieux de musique"; ou encore, le séminaire annuel prévu dans le cadre de la convention passée avec la Fondation Royaumont (en 2007-2008, sur "les déplacements contemporains du sacré", après la première initiative d’un séminaire tenu en commun en 2006 et 2007 avec des artistes en résidence, sur le thème du métissage culturel). On trouve là des anticipations prometteuses des relations réciproques qui pourront s’établir dès lors qu’elles entreront dans les pratiques régulières des deux institutions partenaires. L’implication des doctorants dans ces "terrains interactifs" d’un genre nouveau n’est pas le moindre des intérêts de ces entreprises. Depuis quelques mois, l’École s’est engagée dans une autre voie encore, en décidant, dans le cadre de sa politique générale d’invitations de chercheurs étrangers, qu’un certain nombre de mois d’invités pourraient être proposés à des créateurs étrangers désireux de confronter leur travail à des réflexions menées au sein de l’École et qui croisent, d’une façon ou d’une autre, leur expérience propre. Douze mois par an de résidence, pour des séjours de deux, trois ou six mois, ont été ainsi rendus disponibles à la Cité des Arts, afin de permettre à ces créateurs de poursuivre leur œuvre dans de bonnes conditions, tout en prenant leur part des séminaires et des activités de l’École. La possibilité de proposer des candidats à de tels séjours n’appartient pas aux seuls chercheurs et centres qui consacrent tout ou partie de leur activité à une réflexion sur l’art et sur les pratiques artistiques. La prochaine invitée par l’École à la Cité des Arts sera une plasticienne israélienne, qui travaillera avec le Centre d’Histoire et de Théorie des Arts (CEHTA). Mais il est de toute première importance que ces moyens puissent servir à établir des liens entre les créateurs et tous les domaines de recherche présents à l’École et qui tous sont susceptibles d’être concernés. Pour que l’habitude se prenne de telles formes d’accueil - dont nous disons souvent à quel point nous les souhaitons sans savoir comment les mettre en œuvre — il est essentiel que ces possibilités d’invitations soient connues de tous, et que chacun et chaque centre se sentent en charge de les rendre actives. L’information apportée ici vaut donc appel d’offre, et invitation à tous ceux qui souhaiteraient proposer un ou une candidate pour l’année à venir à se manifester sans attendre auprès du secrétaire du Bureau. Tous les secteurs de l’art et de la création — littérature, musique, cinéma, arts plastiques, arts vivants, photographie, etc. — sont également concernés par cet appel d’offre, sous condition du parrainage (argumenté en une ou deux pages) d’un ou plusieurs chercheurs, ou d’un centre de l’École. Je vous invite très instamment à prendre votre part de cette politique d’échange, dont le bénéfice vaut pour l’ensemble de notre communauté, autant que pour les intéressés.

> Lire le texte intégral de l’éditorial de Danièle Hervieu-Léger

À la une

xxie Journées de Linguistique de l’Asie orientale

Du 28 au 30 juin 2007, Paris

Ces journées scientifiques organisées par le CRLAO rassemblent chaque année des spécialistes internationaux des diverses langues composant l’aire géographique de l’Asie orientale (chinois ancien et moderne, tibéto-birman, japonais, coréen, langues austroasiatiques : vietnamien, khmer, …). Les communications présentées aborderont tous les domaines de la recherche linguistique sur les langues d’Asie orientale à partir d’approches diverses : typologique, comparative ou historique.

Programme détaillé sur le site du CRLAO

Lieu : École des hautes études en sciences sociales — salles 1 & 2 — 105, bd Raspail — 75006 Paris

Agenda

Journées d’études

Études transfrontières

Le jeudi 7 juin, 9h30-17h30, Paris

Journée organisée par Yves Cohen et Kapil Raj.

L’École des hautes études en sciences sociales a lancé un programme de développement des études transfrontières, c’est-à-dire qui, dans quelque discipline que ce soit et à travers les frontières disciplinaires, se préoccupent de phénomènes circulatoires, transnationaux ou mondiaux, les étudient de façon comparative, croisée, connectée, réciproque ou plus généralement relationnelle. Une première journée de ce programme se tiendra en deux volets. Premier volet : « Comment penser la circulation transfrontière des objets sociologiques et anthropologiques ? ». Il s’agira de l’usage, à partir de travaux concrets de sociologie et d’anthropologie, des notions d’ « international », de « transnational », de « mondial », de « décentrement » par rapport à d’autres grilles interprétatives. À partir d’introductions par Francis Chateauraynaud et Didier Fassin, le débat sera ouvert par Marcel Abélès, Heidrun Friese, Nilüfer Göle et Paul-André Rosental. Plus historique, le second volet portera sur le thème : « Citoyen ou sujet ? Comment partager la souveraineté dans les empires européens d’outre-mer ». Il se déroulera autour des travaux d’Anthony Pagden, professeur à l’université de Californie, Los Angeles. Les discutants seront Tamar Herzog, Isabelle Merle et Tzvetan Todorov.

Des textes d’appui de la discussion seront disponibles auprès des organisateurs.

Lieu : École des hautes études en sciences sociales — salle 2 — 105, bd Raspail — 75006 Paris

Contact : Yves Cohen — yvecohen@free.fr, Kapil Raj — raj@ehess.fr

Musique et Guerre (1914-1918)

Le samedi 9 juin, 10h-17h30, Péronne (Somme)

Journée organisée par le Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, le Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL, EHESS-CNRS), et l’Institut de recherche sur le patrimoine musical en France (IRPMF, CNRS).

Cette journée d’étude réunissant historiens et musicologues à l’Historial de la Grande Guerre proposera différentes pistes pour aborder l’étude du son et de la musique pendant les années 14-18. Concentrée sur le cas de la France, et faisant suite à une première réunion tenue à Dax en 2005, elle constituera une étape dans la préparation d’un colloque international prévu pour l’année prochaine.

    • Introduction par Stéphane Audouin-Rouzeau, EHESS, Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre
    • L’espace sonore de la bataille dans le témoignage du combattant par Carine Trévisan, Université de Paris 7
    • La meilleure façon de marcher. MutatioNs dec íusiques militaires dans la Grande Guerre par Didier Francfort, Université de Nancy 2
    • L’irruption magnifique : deux grands violons italiens au cœur de la guerre par Luc Durosoir
    • Les instruments de musique des soldats par Florence Gétreau, CNRS, Institut de recherche sur le patrimoine musical en France
    • Mayol dans la Grande Guerre par Rémy Campos, Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, Conservatoire de musique de Genève
    • De l’« Union sacrée » au Journal des Débats : la politique éditoriale de la Gazette des classes du Conservatoire (1915-1918)=/stòonc> par Charlotte Genovesi, Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
    • Projet politique et scientifique d’une société savante sur fond de guerre : la création de la Société française de musicologie en 1917 par Sara Iglesias, EHESS, Université Humboldt
    • Composer pendant la guerre, composer avec la guerre. Retour sur L’Histoire du Soldat de Stravinsky par Esteban Buch, EHESS
    • À gauche et à droite du Rhin : perspectives sur l’action de Joseph-Guy Ropartz à Strasbourg (1919-1929) par Mathieu Ferey, Conservatoire du 17e arrondissement de Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Lieu : Historial de la Grande Guerre — Château de Péronne — 80200 Péronne

Contact : Caroline Fontaine — research@historial.org

La philanthropie américaine et ses réseaux intellectuels, politiques et scientifiques en Europe au xxe siècle

Le mercredi 13 juin 2007, 9h15-16h, Paris

Journée organisée par Ludovic Tournès, Université de Rouen.

Actrices importantes des relations internationales contemporaines, les fondations philanthropiques américaines ont été très présentes en Europe au cours du xxe siècle. Leurs actions seront analysées à partir de trois grands axes de réflexion : en envisageant l’action des fondations depuis le début du xxe siècle jusqu’à la fin des années 1980, sur la manière dont les fondations créent et échangent leurs propres réseaux et comment elles s’intègrent dans des réseaux nationaux et internationaux préexistants, qu’elles peuvent le cas échéant contribuer à élargir et dynamiser. Et enfin l’interaction de la politique internationale des fondations avec les dynamiques internes des pays où elles interviennent.

    • 9h30 : Carnegie, Rockefeller, Ford : généalogie des réseaux philanthropiques (1900-1970) par Ludovic Tournès, Université de Rouen
    • 10h : La London School of Economics et la philanthropie américaine (1924-1939) par Marie Scot, Université de Bourgogne
    • 10h30 : De l’accueil des scientifiques français réfugiés pendant la Seconde Guerre mondiale au soutien à l’Institut Pasteur : le rôle de la philanthropie américaine par Diane Dosso, Université de Paris VII 
    • " ! (
    • 11h : Les relais philanthropiques et leurs usages académiques : le cas des sciences médicales et de gestion en Belgique par Kenneth Bertrams, FNRS ­- Université libre de Bruxelles
    • 14h : La réaction réaliste  : la fondation Rockefeller et la production d’une théorie des relations internationales à l’ère des sciences sociales par Nicolas Guilhot, Centre de sociologie européenne
    • 14h30 : Les fondations américaines et le développement des sciences sociales en Italie par Frédéric Attal, ENS Cachan
    • 15h : Philanthropie et sécurité : les fondations américaines et le soutien aux études stratégiques (1945-1989) par Valérie Aubourg, université de Cergy-Pontoise

Lieu : École des hautes études en sciences sociales — salle Maurice et Denis Lombard — 96, bd Raspail — 75006 Paris

Contact : Ludovic Tournès — ludovic.tournes@wanadoo.fr

Le concept de fiction, une rupture épistémologique ?

Le vendredi 15 juin 2007, 9h30-17h30, Paris

Journée organisée par Annick Louis, Jean-Marie Schaeffer et Sebastian Veg, Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL, EHESS-CNRS).

La journée sera dédiée à une réflexion sur les conséquences de l’apparition et du succès croissant du concept de fiction dans la discipline littéraire et au-delà de ses frontières. L’objectif est d’abord de repenser les catégories et les concepts qui orientent la réflexion dans la discipline littéraire : de ce point de vue, la notion de fiction se substitue-t-elle à d’autres notions potentiellement unificatrices du champ, comme celui de mimésis ? Permet-elle de dissiper certains malentendus théoriques en faisant émerger un consensus sur un socle de présupposés théoriques dans le domaine de l’esthétique plus généralement ? Le débat s’organisera autour de quatre questions principales : le critère de fictionnalité, la fiction à l’intérieur du champ de l’art, les rapports des fictions artistiques et non-artistiques, et le progrès en sciences humaines.

    • Récit, roman, fiction et document par Philippe Roussin, CNRS
    • Fiction et jeu : ensemble contre (ou avec ?) la réalité par Brian Hill, GREGHEC — IHPST
    • Quelle définition de la fiction pour quel libertinage ? par Laurence Giavarini, Université de Bourgogne
    • La fiction, fer de lance de la démocratie dans la Chine du 4 mai ? par Sebastian Veg, Centre d’étude français sur la Chine contemporaine, Hong Kong
    • Qu’en est-il du lien entre mythe et fiction ? Réflexions à partir de l’ethnographie des Aranda (Aborigènes australiens) par Marika Moisseeff, CNRS-LAS
    • (Titre à confirmer) par Jean-Marie Schaeffer, CNRS-EHESS
    • En quoi faut-il des frontières ? Réseaux, degrés, superpositions dans la réflexion en sciences humaines par Annick Louis, CRAL-Université de Reims
    • Clôture par Sebastian Veg, Centre d’étude français sur la Chine contemporaine, Hong Kong

Lieu : Maison Suger  —  16-18 rue Suger  —  75006 Paris

Contact : Jamila Meliani — meliani@ehess.fr

L’Afrique, miroir du contemporain

Le 19 juin 2007, 9h30-17h, Paris

Journée organisée par Jean-Pierre Dozon et l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC - UMR 8177).

  • 9h30 : Introduction. L’africanisme d’une Afrique familière par Jean-Pierre Dozon
  • 10h00 : L’Afrique des année 60. Un témoignage par Emmanuel Terray
  • 10h30 : La tribu des Parisiens et la caméra participante. Actualité de Jean Rouch par Jean-Paul Colleyn
  • 11h : Aujoulat l’Africain et autres figures médicales de la familiarité franco-africaine par Guillaume Lachenal
  • Discutant : Michel Agier
  • 14h : Afrique-Europe: perspectives sur le pouvoir et la représentation politique par Marc Abélès
  • 14h30 : L’intelligence de la situation. L’école de travail africaniste et la fortune de son « capital de problèmes » par Samuel Lezé
  • 15h : L’Afrique en tête par Jean Jamin
  • Discutant : Véronique Nahoum-Grappe

Lieu : École des hautes études en sciences sociales — salle 8 — 105 bd Raspail  — 75006 Paris

Contact : secrétariat du IIAC : iiac@ehess.fr, tél. : 01 53 63 51 57

Nouveaux outils et nouvelles méthodes en sciences sociales

Le 21 et 22 juin 2007, 10h-18h, Paris

IIIe Journées organisées par Sacha Bourgeois-Gironde, Institut Jean-Nicod, ENS-LSH et Guillaume Hollard, Maison des Sciences Économiques.

Les avancées technologiques récentes offrent aujourd’hui à la communauté des chercheurs en sciences sociales de nouveaux outils d’investigation. On peut citer, en particulier, l’utilisation de l’imagerie par résonance magnétique (IRM), le suivi des mouvements oculaires, les expériences de laboratoire à l’aide d’ordinateurs en réseaux, les traitements automatiques de corpus, etc. L’usage de ces techniques soulève des questions de méthodes difficiles : que prouve-t-on réellement lorsque l’on infirme ou confirme une théorie à l’aide de ces instruments ? Sur quoi repose l’administration de la preuve ? Ces questions de méthode se posent avec d’autant plus d’acuité que ces nouveaux outils peuvent être accueillis avec un certain scepticisme par la communauté scientifique. De ce fait, les praticiens de ces nouvelles méthodes expérimentales doivent se justifier plus souvent que ne le font les tenants de méthodologies plus installées. Nous chercherons à rendre compte des problèmes épistémologiques mais aussi des apports positifs impliqués par l’importation de ces nouvelles méthodes expérimentales dans les sciences sociales.

  • Exposer de manière synthétique plusieurs démarches expérimentales afin d’en faciliter l’accès aux chercheurs intéressés.
  • Entamer une réflexion épistémologique sur la mise en œuvre de ces nouveaux outils expérimentaux.
  • Constituer un réseau informel pour favoriser les échanges de pratiques autour de la mise en œuvre de ces nouveaux outils.
    • 10h : Introduction générale par Sacha Bourgeois-Gironde, ENS-LSH, Institut Jean-Nicod
    • 10h30 : Perspectives contemporaines sur la recherche en neurosciences par Catherine Tallon-Baudry, CNRS, Laboratoire LENA
    • 14h : Réflexions à partir des travaux de Damasio par Tiziana Zalla, CNRS, Institut Jean-Nicod
    • 16h : Synthèse de la journée par Christian Schmidt, Université de Paris-Dauphine
  • 10h : Introduction générale par Guillaume Hollard, université de Marne-la-Vallée
  • 10h30 : An experimental investigation of how people find focal points Robert Sugden, University of East Anglia
  • 14h : On institutions and rationality : experimental evidence Jason Shogren, University of Wyoming
  • 16h : Synthèse de la journée par Pierre Livet, Université de Provence

Le nombre de places étant limité, il est important de s’inscrire auprès des organisateurs.

Lieu : Maison des Sciences Économiques  —  106-112 boulevard de l’Hôpital  —  75013 Paris

Contact : Sacha Bourgeois-Gironde — sacha.bourgeois-gironde@ens-lsh.fr ou Guillaume Hollard — hollard@univ-paris1.fr

L’exemplum monastique est-il bon à prêcher ?

Le 25 et 26 juin 2007, 10h-18h, Paris

Journées organisées par le GAHOM.

Forme narrative brève traditionnellement associée à la « parole nouvelle » des frères mendiants, les collections exemplaires ont cependant déjà fleuri chez les Clunisiens et les Cisterciens ; cet exemplum monastique se nourrit-il de sources spécifiques comme le « folklore monastique », les lettres d’un Pierre Damien, ou bien encore les nombreux florilèges compilés dans les scriptoria ? Cinq axes rythmeront ces rencontres, les rapporteurs introduisant la discussion par un exposé d’une trentaine de minutes :

  • Les sources d’inspiration de l’exemplum monastique
  • Les Clunisiens et la gestion de leur patrimoine narratif (I. Rosé)
  • Les Cisterciens et l’auto-représentation exemplaire de l’Ordre (St. Mula)
  • Les citations de collections monastiques dans les recueils mendiants (J. Berlioz)
  • Les usages de l’exemplum monastique dans la prédication (N. Bériou)

Programme détaillé : sur le site du GAHOM

Lieu : Institut national d’histoire de l’art — salle Walter Benjamin — 2, rue Vivienne — 75013 Paris

Contact : Marie Anne Polo de Beaulieu — polo@ehess.fr

École d’été

Identifier les individus. Logiques technologiques, logiques sociales

Du dimanche 10 au vendredi 14 septembre, Saint-Raphaël

La Division de l’informatique, des systèmes d’information et de la communication (DISC) de l’EHESS et l’INT sont à l’initiative, depuis 2006, de sessions de réflexion et de formation spécialisées sous la forme d’Écoles doctorales d’été. Celles-ci sont destinées aux doctorants et aux jeunes chercheurs mais peuvent éventuellement accueillir des étudiants en Master. Ces rencontres visent notamment à favoriser le dialogue entre sciences humaines et sociales d’un côté et technologies de l’information et de la communication de l’autre. L’objectif de cette École doctorale d’été 2007 sera d’aborder la question de l’identification et du contrôle des personnes sous différents angles disciplinaires  : historique, anthropologique, philosophique, technique et scientifique, sociologique, juridique et éthique. Deux ateliers doctoraux sont prévus en soirée afin de permettre aux participants de présenter leurs recherches en cours, dans le cadre de discussions ouvertes et interactives.

    • Identifier les individus : une perspective historique par Gérard Noiriel, directeur d’études à l’EHESS, membre du centre de recherche Genèse et transformation des mondes sociaux (GTMS)
    • Les technologies d’identification aujourd’hui : le cas de la biométrie par Bernadette Dorizzi, professeur à l’INT, directrice du département « Électronique et Physique »
    • La biométrie : aspects socio-anthropologiques par Gérard Dubey, maître de conférences à l’INT, membre du Centre d’études des techniques des connaissances et des pratiques (Cetcopra), Université de Paris I — Panthéon-Sorbonne
    • Le temps des biomaîtres diffusion du documentaire de Laurent Guyot, France, 2006, 52 mn
    • Les systèmes d’identification : un enjeu économique et industriel par Bernard Didier, directeur du développement technique et commercial, Sagem
    • Les technologies d’identification en milieu professionnel et le droit des individus par Hubert Bouchet, ancien vice-président de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL)
    • La numérisation du vivant et son avatar biométrique par Michel Tibon-Cornillot, maître de conférences émérite à l’EHESS
    • Identité, identification, contrôle dans le monde numérisé par Saadi Lahlou, chef du Laboratoire de design cognitif EDF R&D, directeur de recherche associé au CNRS, membre du Centre d’études transdisciplinaires sociologie, anthropologie, histoire (Cetsah-EHESS)
    • Le paradigme sécuritaire dans un monde désenchanté par Michael Foessel, maître de conférences à l’Université de Bourgogne, Département de philosophie
    • Le projet biométrique pour l’État français par Philippe Melchior, responsable de la Mission biométrique, Ministère de l’Intérieur
    • Globalisation de la surveillance et sécurisation des identités par Ayse Ceyhan, chargée d’enseignement à l’Institut d’Études Politiques de Paris
    • De l’exception à la règle : le cas du USA Patriot Act par Robert Harvey, professeur à la Stony Brook University, New York

Informations supplémentaires : int-edu.eu

Lieu : Hôtel Club Agay Roches Rouges, Saint-Raphaël, Var

Contact : Camille Barnard-Cogno — camille.barnard-cogno@ehess.fr

ParutionsAux Éditions de l’EHESS

Le Cercle de méthodologie de Moscou (1954-1989)

Une pensée, une pratique

Svetlana Tabatchnikova

Collection « Recherches d’histoire et de sciences sociales » | 2007 | 332 pages | 25 €

couverture de ’Le cercle méthodologique de Moscou’

Peut-on résister au totalitarisme autrement que par une dissidence politique ? Une réflexion philosophique authentique est-elle possible là où la « vulgate » marxiste constituée en idéologie officielle est censée occuper le terrain ? Première analyse d’une expérience unique sous le régime communiste, ce livre retrace l’histoire du Cercle de méthodologie de Moscou, ni clandestin, ni officiel. À la croisée des démarches historique, sociologique et philosophique, il apporte un éclairage sur les « zones grises » du régime soviétique, ces espaces de semi-liberté existant au cœur du système totalitaire.

Voir l’histoire

Théories anciennes du récit historique

Adriana Zangara

Collection « Contextes » | 2007 | 320 pages | 36 €

couverture de ’Voir l’histoire’

Susceptible d’interprétations multiples et contradictoires, la fonction ostensive attribuée au récit historique devient, à partir de l’époque hellénistique et romaine, l’objet d’un débat dont l’enjeu n’était rien moins que le statut de l’histoire. Démêler les fils de ce débat ancien, c’est au fond renouer avec un questionnement qui n’a jamais cessé d’être actuel : que voit-on quand on nous « fait voir » l’histoire et que fait l’historien qui nous la « fait voir » ?

Revues

Médicaments et société

Revue Annales. Histoire, Sciences sociales, n° 2.2007 | mai-juin 2007 | 245 pages | 17 €

couverture de ’Médicaments et société’

Vecteur de la connaissance, objet carrefour et cible d’une forme sophistiquée de contrôle étatique, le médicament mérite l’intérêt de toutes les sciences sociales. Le dossier présente trois arguments plaidoyant pour la constitution du médicament en fil rouge de l’investigation sociologique.


Revue Archives de sciences sociales des religions

Revue Archives de sciences sociales des religions, n°137 | janvier-mars 2007 | 144 pages  | 22 €

couverture de ’Archives de sciences sociales des religions’

Individualisme moral et charisme — Couples mixtes, homoparentalité et judaïsme — Humanitarisme hindou — Japon, État et religions — Occultisme en Islande



Racisme, antiracisme et sociétés

Revue L’Homme, n°182 | avril-juin 2007 | 308 pages | 19 €

couverture de ’Racisme, antiracisme et sociétés

Racisme, antiracisme et cosmologie lévi-straussienne — Réflexions sur trois cas d’hypodescendance — L’impossible résolution musicale des antagonismes raciaux aux États-Unis — Les Alsaciens-Lorrains romanichels pendant la Première Guerre mondiale.

Revues électroniques

Social Science Information

Volume 46, n° 2 | juin 2007

Risto Heiskala
« Economy and society: from Parsons through Habermas to semiotic institutionalism »
Janvier Onana
« L’explication politique africaniste et l’histoire: à propos de "l’historicité" des sociétés africaines »
Milan Zafirovski
« Convergent origins, divergent destinations: sociology’s contributions and connections to economics in a historical and interdisciplinary framework »
Dario Galati, Renato Miceli, and Marco Tamietto
« Emotions and feelings in the Bible: analysis of the Pentateuch’s affective lexicon »

Chez d’autres éditeurs

La gloire de Bergson

François Azouvi

Gallimard | collection « NRF Essais » | 2007 | 391 pages | 22,50 €

O erotas sten archaia ellada

Claude Calame

Traduction en grec par A. A. Stephos de L’Eros dans la Grèce antique, Belin, 2002, 2e ed.

Metaichmio  | collection « Nous et les Anciens »  | 2007 | 272 pages | 23 €

Le goût des autres

De l’Exposition coloniale aux Arts premiers

Benoît de l’Estoile

Flammarion | 2007 | 454 pages | 28 €

La gauche au pouvoir en Amérique latine

Rodrigo Contreras Osorio (ed.)

L’Harmattan | collection « Recherches et documents Amériques Latines » | 2007 | 230 pages | 21,50 €

Le ressentiment dans l’histoire

Comprendre notre temps

Marc Ferro

Odile Jacob | collection « Histoire » | 2007 | 224 pages | 21,50 €

Maurice Halbwachs, sociologue retrouvé

Marie Jaisson et Christian Baudelot (eds)

Éditions rue d’Ulm | collection « Figures normaliennes » | 2007 | 167 pages  | 16 €

Corps et Techniques

Revue Communications

Numéro dirigé par Thierry Pillon et Georges Vigarello

Le Seuil | 2007  | 256 pages | 16 €

L’usine à la campagne

Une ethnographie du productivisme agricole

Maxime Prével

Préface de Salvador Juan

L’Harmattan | collection « Sociologies et environnement » | 2007  | 304 pages | 27 €

Profession policier, sexe féminin

Les rapports de genre dans la police nationale

Geneviève Pruvost

Éditions de la MSH  | 2007 | 340 pages | 20 €

Les enfants de la colonie

Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté

Emmanuelle Saada

La Découverte | collection « l’Espace de l’histoire » | 2007 | 335 pages | 24 €

Pizza connexion

Une séduction transculturelle

Sylvie Sanchez

CNRS Éditions | 2007  | 246 pages | 22 €

Politiques et usages de la langue en Europe

Michael Werner ed.

Éditions de la MSH  | collection « Dialogiques » | 2007 | 258 pages | 20 €

Directrice de la publication : Danièle Hervieu-Léger — Rédacteur en chef : Éloi Ficquet — Secrétaire de rédaction : Camille Barnard-Cogno — Conception graphique : Ann-Koulmig Renault — Contact : communication@ehess.fr© EHESS, 2007 — ISSN 1777-5523

Pour consulter la Lettre en ligne : http://actualites.ehess.fr/lettres/lettre.html

Pour se désabonner : http://actualites.ehess.fr/lalettre_abonnement.php

Pour accéder aux autres actualités de l’ EHESS : http://actualites.ehess.fr